Comment bien choisir les pots de ses orchidées ? Conseils de Romain Maire

orchidées choisir son pot romain maire
Pour que vos orchidées resplendissent, il faut leur offrir un environnement au plus proche de leurs besoins. La question du support de culture est primordiale pour que les racines de vos orchidées aient la meilleure vie possible. Romain Maire, spécialiste des orchidées, vous conseille au mieux sur le choix des pots.

Les supports de culture

Choisir le bon support de culture pour ses orchidées est primordiale pour éviter de trop nombreux rempotages, des racines trop sèches ou trop humides. 

Pots plastiques (transparents ou opaques)

Ce sont les supports de culture les plus utilisés. En effet, ils ont l’avantage de sécher moins rapidement, d’être plutôt pratiques lors des rempotages (les racines n’adhèrent pas aux parois) et ils sont peu onéreux. 

On peut utiliser des pots transparents ou non : 
– bien que les racines des orchidées participent à la photosynthèses, ce sont les feuilles qui font le plus gros du travail, il n’est donc pas sacrilège d’utiliser des pots opaques d’après Romain Maire.
– les pots plastiques transparents sont des fenêtres ouvertes sur l’état racinaire de l’orchidée. On peut ainsi savoir tout de suite si la plante à soif, si elle a trop d’eau, si ses racines pourrissent, s’il y a des nuisibles, etc. 

Pots en terre cuite

Très esthétique et plus écologique, le pot en terre cuite a des avantages mais aussi quelques inconvénients qu’il faut préciser. 

Les substrats contenus dans un pot en terre cuite ont tendance à sécher plus rapidement et les racines vont adhérer aux parois, ce qui ne permet pas de rempoter sans faire de dégâts.

Romain : J’adore cultiver les Cattleya dans ces pots mais je le fais en sachant pertinement que ce pot sera celui de l’orchidée pour un long moment, voire toute sa vie. Je mets alors très peu de substrats (écorces de pin grossières et quelques brins de sphaigne) que je change tous les ans en renversant le pot, tout simplement. 

Cache-pots

Bien souvent, les cache-pots n’ont qu’un intérêt esthétique et font plus de mal que de bien. Ils sont l’ennemi n°1 des racines tant on a tendance à laisser de l’eau au fond, ce qui crée un trop-plein d’arrosage et des racines qui pourrissent, entraînant la mort à petit feu des orchidées. Alors, n’utilisez que des cache-pots si vous prenez le temps de bien faire égoutter les pots avant de les remettre dedans. 

Plaques : bois, céramique, liège, etc.

Dans le langage orchidophile, on parle d’orchidées « montées ». C’est une façon de cultiver les orchidées qui permet de ne jamais rempoter et ainsi d’économiser du temps et de l’énergie.

L’inconvénient, c’est le besoin accru de ces plantes montées sur plaque en hygrométrie et en arrosage, difficile à maintenir en intérieur sans l’aide d’une petite serre, d’un terrarium ou d’une cloche de culture. 

Différents montages sont possibles : 

  • plaque de liège naturel
  • plaque de liège compressé
  • plaque de céramique, etc.

Certains céramistes créent des oeuvres permettant de cultiver les orchidées montées comme Isabelle Paoletti

Pour en savoir plus sur l'univers irrésistible des orchidées...

Romain Maire est un passionné d’orchidées. Son compte Instagram, @romain.orchids, en témoigne. Dans Orchid addict, il livre encore plus de secrets des orchidées, ouvre la porte de sa jungle intérieure et dévoile ces merveilles végétales que sont les orchidées. 

Riche de 15 années de culture, il distille au sein de cet ouvrage conseils et bonnes pratiques pour faire en sorte que vos compagnes fleuries s’épanouissent aussi bien chez vous. Attention, on ne ressort pas de ce livre sans avoir l’envie irrépressible de foncer acheter une nouvelle orchidée !